ACTU / Dépêche AEF 15.12

« Il nous faut tenir le cap de la réforme. Nous avons publié des décrets au mois de juillet qui constituent le cadre de cette réforme, il n'est pas question de revenir dessus », déclare à AEF Luc Chatel, mardi 15 décembre 2009 à l'occasion de la journée de mobilisation nationale contre la la masterisation, en marge de la signature d'une convention-cadre avec la Réunion des musées nationaux. Un collectif scolaire-supérieur, composé d'organisations syndicales, lycéennes et étudiantes et de parents d'élèves appelle à une journée d'action pour « la remise à plat de la réforme » et « l'abrogation des décrets » de juillet (AEF n°123803). « J'ai entendu un certain nombre d'organisations se manifester [contre la réforme de la masterisation], pas forcément pour les mêmes raisons. Les revendications sont parfois contradictoires », relève le ministre. 

« Depuis six mois Valérie Pécresse et moi avons laissé du temps pour la concertation pour fixer certains points qui posaient problème, nous avons écouté les organisations syndicales. Aujourd'hui, je crois que ces discussions arrivent à leur fin », poursuit le ministre de l'Éducation nationale. Les maquettes des concours, en « cours de finalisation » (AEF n°124465) « seront publiées dans les meilleurs délais », précise-t-il.

DEVENIR DES IUFM

« Nous sommes là pour mettre en place la réforme, pour expliquer, faire de la pédagogie, les différents acteurs attendent que nous mettions en place la réforme dans les meilleures conditions », précise Luc Chatel, assurant qu'elle entrera en vigueur « à la rentrée 2010 ».

Interrogé sur le rôle dévolu aux IUFM dans cette nouvelle formation, Luc Chatel renvoie à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche : « Valérie Pécresse s'est déjà exprimé à plusieurs reprises sur cette question et a rappelé que les IUFM avaient vocation à devenir des antennes décentralisées de l'université ».

A travers cette réforme, « nous avons voulu renforcer l'enseignement disciplinaire » afin de « recruter de bons enseignants () Nous avons voulu compléter cette formation par un enseignement pédagogique, sur le terrain », ajoute Luc Chatel (AEF n°124152). « La réforme de la formation des enseignants permettra également aux étudiants qui auront échoué aux concours de se 'réorienter vers une formation universitaire' ».

.

.

.